vendredi 24 mars 2017

Le gazouillis de la semaine

Chaque vendredi, un tweet qui intéressera tout particulièrement les membres de l'AMéCO par sa pertinence, son style, ses images et/ou son propos.

jeudi 23 mars 2017

En Église: bilan

«Comme les règles sont claires, la plupart des fidèles de notre diocèse savent que cette année en est une charnière pour l’Église qui est au Saguenay-Lac-St-Jean. En effet, selon le canon 401, notre évêque Mgr André Rivest devra acheminer au pape une lettre de renonciation à son office, dès qu’il aura atteint l’âge de soixante-quinze ans», écrit Jocelyn Girard dans le numéro de février d'En Église du diocèse de Chicoutimi.

Il souhaite que l'Église diocésaine rédige son bilan. «Un bilan permet de mieux connaître notre réalité afin de pouvoir la présenter objectivement à notre futur évêque.»

Il reconnaît que «le visage de notre Église a changé depuis 2004. La pratique sacramentelle a chuté comme ailleurs. Les demandes d’initiation à la vie chrétienne ont diminué également, mais elles persistent malgré le manque de temps des familles. Le projet catéchétique a permis quelques initiatives en direction des adultes et des approches intergénérationnelles pointent çà et là. Les réaménagements pastoraux offrent un nouveau découpage territorial et une organisation qui a encore besoin de rodage. Nous pouvons déduire que notre situation ressemble davantage à une transition à achever qu’à une forme quelconque d’âge d’or!»

Khaoua: changement

«Nous évoluons dans un contexte mondial difficile : les positions que prendront nos gouvernements face à l’immigration, l’éducation, l’environnement… dans les mois et les années à venir sèment l’inquiétude. Ils ne semblent pas toujours considérer les impacts sur les communautés locales et sur les générations futures dans leurs décisions, cela est préoccupant», écrit Marc-Antoine Parent dans la revue Khaoua, une publication du Service de préparation à la vie.

«À la lecture des pages qui suivent, nous pourrons prendre le temps de nous questionner sur le changement et de découvrir plusieurs initiatives qui redonnent espoir et qui montrent que les transformations que nous mettons en branle peuvent tout aussi bien être positives», ajoute-t-il dans son introduction au numéro de février 2017.

mercredi 22 mars 2017

Au Salon du livre de Trois-Rivières

Jusqu'au dimanche 26 mars, la revue Notre-Dame du Cap est présente au Salon du livre de Trois-Rivières.

Notre-Dame du Cap: la croix noire

L'ethnologue Pascal Huot propose un texte sur la croix noire, «symbole de la lutte contre l'alcool au Québec», dans le numéro de mars de Notre-Dame du Cap

Il présente les mouvements de tempérance qui ont surgi dans les villes et villages du Québec. «Pour faire la promotion de leur message et atteindre un maximum d’individus, les sociétés de tempérance ne pouvaient compter sur les médias comme c’est le cas aujourd’hui. Pour atteindre les gens, il y avait bien sûr les sermons du dimanche, mais les objets sacrés et visibles devaient également accompagner les croyants dans leur quotidien.»

Il ajoute que la «croix noire a été instaurée dans le but de rappeler leur engagement auprès des personnes qui ont pris la décision de renoncer à l’alcool».

mardi 21 mars 2017

Julie-Isabelle Baribeau chez les Franciscains

Depuis le 9 mars, Julie-Isabelle Baribeau travaille auprès des Franciscains. Responsable des communications au diocèse de Saint-Jean-Longueuil de 2002 à 2008, la nouvelle technicienne en communication des Franciscains est membre individuelle de l'AMéCO.

C'est d'ailleurs dans le blogue de l'association - qu'elle reçoit par courriel chaque semaine - qu'elle a pris connaissance de l'offre d'emploi de la congrégation religieuse. Le poste de technicienne en communication (14 heures/semaine) demande de rédiger des textes et communiqués, de réaliser des revues de presse et d'appuyer des activités de communication, de production et de promotion.

En mission: les femmes dans l'Église

«Les femmes occupent une place indéniable dans l’Église catholique romaine. Elles composent la majorité du personnel engagé dans les paroisses, à titre bénévole ou en tant qu’agentes de pastorale salariées et mandatées par leur évêque. Je me plais parfois à imaginer l’électrochoc que provoquerait une grève où toutes les femmes engagées cesseraient leurs activités. Parions que le quotidien en serait affecté au point de réaliser que les femmes sont des piliers de la vie ecclésiale», écrit Sabrina Di Matteo, directrice de l’Espace Benoît Lacroix, dans le plus récent numéro d'En mission, une publication du Centre missionnaire oblat.

En mission n'est plus membre de l'AMéCO. Quant à Sabrina Di Matteo, elle a dirigé la revue Haute Fidélité (archidiocèse de Montréal) et elle est présidente de Communications et Société.

lundi 20 mars 2017

Prêtre et pasteur: nouveau lectionnaire

Dans le numéro de mars de Prêtre et pasteur, Gaétan Baillargeon propose un texte à propos du «nouveau lectionnaire» et discute des commentaires entendus après sa publication.

«Il n'y a pas de nouveau lectionnaire, mais bien une nouvelle traduction du Lectionnaire romain», précise-t-il d'abord. Ce travail de traduction scientifique a demandé dix-sept années et ses artisans ont toujours eu le «souci de la proclamation des textes dans l'assemblée». 

«Les principaux commentaires que j'ai entendus touchaient l'absence du langage inclusif», note l'auteur, ex-directeur de l'Office national de liturgie. Il ajoute que les évêques canadiens ont pourtant régulièrement soulevé cette question. «Il ont été poliment écoutés, souvent avec un petit sourire en coin. Il semble bien que cette préoccupation était culturellement nord-américaine.»

dimanche 19 mars 2017

Renouvellement de l'adhésion à l'AMéCO

C'est le temps du renouvellement de l'adhésion à l'AMéCO. Les membres des différentes catégories (régulier, individuel et associé) ont jusqu'au 15 mai pour faire parvenir leur paiement au trésorier de l'association. Jacinthe Lafrance, présidente de l'AMéCO, rappelle dans une lettre acheminée à tous les membres qu'un des objectifs de l'association est de «resserrer les liens entre les responsables de médias francophones catholiques et œcuméniques».

Elle nomme des dossiers qui retiennent l'attention des membres du conseil d'administration. L'organisation du congrès 2017 (1 au 3 novembre à Nicolet) en est un. L'émission d'une carte de presse de l'AMéCO et la refonte du site Web de l'association sont aussi discutés. Enfin, la présidente souhaite encourager les membres à participer aux congrès de Signis et de la Catholic Press Association qui se dérouleront en juin à Québec. L'AMéCO offre «au moins cinq bourses de 200 $ aux membres qui éprouveraient des difficultés à financer leur participation à ces assises».

Le Brigand: Mère Teresa

Le  jésuite Gaston Roberge Roberge vit à Kolkata  (anciennement Calcutta), rappelle le plus récent numéro du Brigand. «Son engagement a surtout été reconnu dans le monde du cinéma, en tant que fondateur d’un centre de formation audiovisuel et en tant que professeur. Pourtant, sa vie a été marquée par la personnalité la plus connue de cette ville, Mère Teresa. Il a été proche de cette grande figure du christianisme du 20e siècle; il a été son conseiller médiatique à divers moments», écrit-on.

Le Brigand propose des extraits d'une préface qu'il a rédigée pour la réédition d'un livre sur Mère Teresa où il raconte notamment la relation entre la sainte et l'écrivain Dominique Lapierre (auteur de La Cité de la joie) qui voulait réaliser un film sur elle. Ce projet a finalement vu le jour mais a affronté certaines oppositions.

samedi 18 mars 2017

En chantier: carmélites

Dans le bulletin En chantier (archidiocèse de Rimouski), on raconte qu'un Carmel a tenté de s'implanter au 19e siècle. Trois carmélites sont arrivées de Baltimore, aux États-Unis, en 1875. «Les débuts du Carmel rimouskois sont assez prometteurs, six jeunes filles vont joindre l'ordre.» Mais, «bientôt découragées, tant par l'austérité des règles du Carmel incompatibles avec les rigueurs du climat que par l'incurie dont faisait preuve la prieure et l'aversion qu'elle nourrissait à l'endroit des Canadiens-français, les six recrues québécoises vont se retirer l'une après l'autre.» Les carmélites vont quitter définitivement Rimouski en 1877.

vendredi 17 mars 2017

Le gazouillis de la semaine

Chaque vendredi, un tweet qui intéressera tout particulièrement les membres de l'AMéCO par sa pertinence, son style, ses images et/ou son propos.

jeudi 16 mars 2017

Jean Paré, guide en Italie et au Portugal

Ex-président de l'ACPC, récipiendaire du prix Marie-Guyart en 2010, Jean Paré sera guide et accompagnateur lors d'un pèlerinage en Italie et au Portugal du 11 au 21 septembre 2017.

«Pendant votre séjour au Portugal, vous aurez l’opportunité de visiter, avec un guide privé, Lisbonne, Fatima, les villages avoisinants, Batalha, Alcobaça, Nazare et autres. Après ces quelques jours au Portugal, vous vous envolerez vers Rome, où vous visiterez le Vatican et participerez à l’audience papale, les magnifiques cathédrales et des sites historiques connus. Vous profiterez aussi d’une journée de visite à Assise. Une petite escapade à Ostia sera incluse», indique le dépliant de ce voyage.

mercredi 15 mars 2017

Rencontre: attentat de Québec

Le plus récent numéro de Rencontre propose plusieurs textes sur l'attentat du 29 janvier à la grande mosquée de Québec.

«La tragédie de Québec, en soulevant douloureusement la question du rapport des Québécois à la diversité, m’a inspiré un retour vers les débuts de la politique québécoise en la matière, sous René Lévesque», écrit le sociologue Jean Dorion, président des Indépendantistes pour une laïcité inclusive.

Celui qui a travaillé auprès des ministres de l'immigration Jacques Couture et Gérald Godin estime qu'«on errerait totalement en présentant Godin comme un précurseur de la Charte des valeurs». Il affirme «catégoriquement qu’une telle politique aurait heurté sa tolérance comme son pragmatisme; autant il n’était pas religieux, contrairement à son prédécesseur, autant il était décontracté face aux croyants et dépourvu de toute laïcardise. Et soucieux d’une intégration qui tienne compte de ce que sont, à tous égards, les immigrants et les membres des minorités culturelles».