mercredi 24 août 2016

Revue missionnaire Mariannhill: l'Ordre de Logohu

À la une du plus récent numéro de la Revue missionnaire Mariannhill, on voit Mgr Christian Blouin, évêque de Lae en Papouasie-Nouvelle-Guinée, être décoré de l'Ordre de Logohu «en reconnaissance de son service spécial au pays».

«Monseigneur Blouin aura 75 ans dans quelques semaines, l’âge où chaque évêque catholique doit présenter sa démission au pape. La médaille de l’Ordre de Logohu, qui a fait de Mgr Christian un Chef en Papouasie-Nouvelle-Guinée est bellement arrivée à temps», écrit le père Alfonso Voorn, invité à la remise de cette distinction honorifique. Mgr Blouin a été nommé évêque de Lae en 2007.

mardi 23 août 2016

Univers: nouveau directeur national

«Comme je suis nouvellement arrivé aux Œuvres pontificales missionnaires, j’ai l’impression de devoir embrasser ce monde plus que jamais, l’aimer tel qu’il est avec ses richesses et ses pauvretés», écrit l'oblat Yoland Ouellet, dans le numéro d'Univers du printemps. «Une parole de mère Teresa, canonisée cette année, devrait nous inspirer comment le faire: Conquérons le monde avec notre amour. Entrelaçons nos vies, tissons-les des liens du sacrifice et de l’amour, il nous sera possible alors de conquérir le monde!»

Le nouveau directeur national des Œuvres pontificales missionnaires «découvre toute une équipe à laquelle je suis fier de me joindre, car je suis témoin qu’elle met en pratique cette invitation de mère Teresa à former un nous, qui devient un témoignage de notre amour pour le monde des plus pauvres que nous sommes appelés à soutenir dans divers projets. Le nous devient une force communautaire et missionnaire rayonnant de l’Évangile.»

lundi 22 août 2016

L'Église de Rouyn-Noranda: départ d'un chroniqueur

«Depuis treize ans, je rédige cette chronique pour la revue diocésaine. Le moment est venu après plus de cent trente textes de prendre une pause», écrit Pierre Major dans le numéro de juin de L'Église de Rouyn-Noranda.

«Au cours de toutes ces années, j’ai tenté de présenter de façon claire et concise quelques-uns des trésors de la foi chrétienne qui sont des sources de bonheur pour les gens d’aujourd’hui», ajoute le prêtre.

«Je voudrais remercier les personnes qui ont pensé à moi pour tenir cette chronique ainsi que tous les gens qui m’ont témoigné leur appréciation tout au long de ces treize années.»

dimanche 21 août 2016

Prochain numéro d'Aujourd'hui Credo annoncé

Le prochain numéro du magazine Aujourd'hui Credo paraîtra fin novembre, annonce l’Infolettre, le bulletin électronique publié par l'équipe des Ministères en français de l’Église Unie du Canada.

On indique aussi que Suzanne Grenier, une rédactrice et traductrice de métrier, agira comme rédactrice en chef invitée pour ce numéro dont le thème sera Tisser une culture d'accueil.

«Ici et à l’échelle de la planète, il existe différentes situations de danger et d’errance où des êtres humains sont en état de détresse», explique l'Infolettre. Le prochain dossier d’Aujourd’hui Credo nous fera réfléchir sur cette question : comment mettre à contribution les valeurs dans lesquelles l’Église Unie se reconnaît – telles que l’ouverture, l’inclusivité et l’égalité – pour parvenir à répondre aux situations de détresse?»


Un courriel acheminé aux abonnés de la revue mentionnait ce printemps que la revue serait publiée, dès 2017, sous un nouveau format. L'information est exacte, confirme Kristine Greenaway, responsable des Ministères en français. «Aujourd’hui Credo sera distribuée en format électronique avec toutefois la publication de deux dossiers imprimés par an autour d’un thème précis comme le 500e anniversaire de la Réforme.»

samedi 20 août 2016

Signis Media: Guy Marchessault

Le plus récent numéro de Signis Media, une publication de Signis, l'Association catholique mondiale pour la communication, note que Communications et Société a rendu hommage au professeur Guy Marchessault lors de son assemblée générale annuelle en mai 2016. Guy Marchessault a été conférencier ou personne-ressource lors d'activités de l'ACPC (ancien nom de l'AMéCO).

«Ancien journaliste et professeur émérite de communications sociales à l’Université Saint-Paul d’Ottawa, il a consacré sa carrière à nourrir le dialogue entre la foi chrétienne et l’univers médiatique. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages remarqués: Médias et foi chrétienne: l’image à l’épreuve de l’idolâtrie (1998), Médias et foi chrétienne: deux univers à concilier (2002), Témoigner de sa foi dans les médias (2005) et La foi chrétienne et le divertissement médiatique (2007).»

La revue ajoute qu'il a été «également lié à l’OCIC et a participé à des jurys notamment à San Sebastian, Montréal et Locarno. En 2007, il a publié les mémoires du premier directeur du Service missionnaire de l’OCIC à Rome: Un pionnier du cinéma au Québec et ailleurs: Jean-Marie Poitevin, p.m.é., 1907-1987 (150  pages).»

En 2017, Signis tiendra son congrès mondial à Québec. L'AMéCO n'est pas membre de Signis.

vendredi 19 août 2016

Le gazouillis de la semaine

Chaque vendredi, un tweet qui intéressera tout particulièrement les membres de l'AMéCO par sa pertinence, son style, ses images et/ou son propos.

jeudi 18 août 2016

En son Nom: le mot de la fin

«C'est déjà pour moi le mot de la fin», écrit Pierre Cardinal, directeur et rédacteur en chef d'En son Nom, dans le dernier numéro dont il a assuré la production. 

«Ce fut un honneur de diriger la revue, un poste qui m'a beaucoup apporté, professionnellement bien sûr, mais encore bien plus intérieurement. La revue constitue un carrefour où se croisent les multiples dimensions de la vie consacrée. Cette expérience ne va cesser de m'habiter et d'alimenter mes réflexions», note-t-il dans le numéro de mai-juin.

Diane Marleau, la nouvelle directrice de la revue En son Nom, a débuté son travail il y a deux semaines.

mercredi 17 août 2016

Prier la Parole: Tibhirine

«Au printemps, nous nous sommes retrouvés en  Algérie, des moines, des membres des familles de nos sept frères de Tibhirine et des amis musulmans à l'occasion du 20e anniversaire de leur martyre», apprend à ses lecteurs et lectrices dom André Barbeau, rédacteur en chef de Prier la Parole.

Il explique qu'à son retour, il a pris soin de relire des textes de Christian de Chergé, le prieur de la communauté de Tibhirine, lui aussi assassiné en 1996. Il a noté que son confrère avait modifié sa façon de parler et d'écrire sur les autres. «Il a cessé de désigner les militaires et les terroristes par leurs actions et leurs uniformes pour parler d'eux en tant que personnes et, faisant même un peu plus, il les a appelés frères de la montagne et frères de la plaine

mardi 16 août 2016

Nouveaux médias sociaux

Le numéro estival du bulletin Passages, une publication de l'Office de catéchèse du Québec, s'intéresse aux médias sociaux. «Aujourd’hui, qui veut rejoindre l’autre doit avoir une vitrine pour pouvoir se dire et se montrer, pour le meilleur et pour le pire. Heureusement, pour les contemporains que nous sommes, ladite vitrine doit faire plus, elle doit permettre l’échange et le dialogue», écrit Mario Mailloux, rédacteur en chef.

«Il est certain que l’on gagne à apprivoiser et à exploiter ces nouvelles façons d’être au monde, au monde entier, en fait. Et plus qu’une mode. Le pape François, qui est tout de même assez avancé en âge, a osé dire que les nouveaux médias étaient les nouveaux prophètes de l’Église. Sans jouer au prophète, je parie que les nouveaux médias sociaux sont là pour rester.»

Passages n'est pas membre de l'AMéCO.

lundi 15 août 2016

Réveil missionnaire: retour au Brésil

Rencontré lors du Forum social mondial, le missionnaire Claude Morneau a remis au blogue Nouvelles de l'AMéCO le plus récent numéro de Réveil missionnaire, une publication membre de l'AMéCO. Il ne signe pas d'article dans ce numéro. Mais dans les pages des brèves, on apprend qu'il «est retourné au Brésil afin d'entreprendre un traitement qui lui avait fait grand bien dans le passé. Il croyait regagner le Mozambique pour poursuivre sa mission commencée il y a sept ans mais son état de santé en a décidé autrement.» Ce missionnaire de la Consolata a œuvré durant 19 ans au Brésil, auprès des habitants des favelas.