mardi 31 mai 2016

Le blogue de l'AMéCO bloqué en Chine

«Qu’ont en commun Google, Facebook et le blogue Nouvelles de l’AMéCO? Tous trois sont des sites bloqués par le gouvernement chinois», écrit Claude Auger, ex-président de l'ACPC (ancien nom de l'AMéCO) dans une lettre qu'il a fait parvenir au rédacteur du blogue.

«J’ai eu récemment la chance de faire un voyage en Chine. Muni de mon iPad, je m’imaginais pouvoir rester en contact avec ma famille et mes amis, tout en me renseignant sur mes visites grâce aux fonctions de recherche sur Internet. Dès mon arrivée à Pékin, je désire visiter un musée, alors me voici sur Google… qui ne répond pas! Mon fureteur affiche toujours le même message: Le serveur a cessé de répondre. Même chose lorsque j’essaie de consulter quelques blogues: aucun ne s’affiche. Après avoir fureté un peu sur Wikipédia, j’apprends la raison de mes déboires: en Chine, l’accès à Internet est strictement contrôlé. Il faut s’adapter: c’est ainsi que Bing, un moteur de recherche que je ne fréquentais jamais, devient ma plateforme de choix pour le reste du voyage, même si les résultats sont parfois limités.»
 

«Pour le bien de la population, et afin d’éviter de répandre des notions haineuses, superstitieuses ou pornographiques, pour paraphraser la ligne du parti, les fournisseurs d’accès à Internet en Chine, appartenant presque tous au gouvernement, ont érigé un système de surveillance et de censure. À l’aide notamment de filtres et de diverses techniques de blocage, le gouvernement peut ainsi contrôler le flux de l’information, et s’assurer que rien ne menace sa vision d’une « société socialiste harmonieuse».

«Bien entendu, tout système a ses failles… Pendant mon séjour en Chine, je n’ai pu accéder au blogue de l’AMéCO (utilisant la plateforme Blogspot, bannie en Chine), ni à Google (ainsi que tous les sites qui y sont reliés, tels Gmail et Google Maps), ni à Radio-Canada ou CBC. La plupart des autres sources d’informations, tant canadiennes qu’internationales, étaient aussi bloquées, mais pas La Presse ni le Huffington Post. Et parmi les sites d'information religieuse, je pouvais consulter Présence information (au Québec) et La Croix (en France), mais pas le National Catholic Reporter (des États-Unis). De plus, il semble que le blocage ne fonctionne pas partout de la même manière: ainsi, à Shanghai, j’ai tout à coup eu accès à des sites non visibles auparavant. De plus, bien que le site Dropbox.com soit bloqué, j’ai pu accéder à mes documents grâce à l’application de mon iPad.»


Photo: Claude Aujer avec une famille de Tibétains, venus en pèlerinage au Potala (palais d’hiver du dalaï lama), à Lhasa. Ils m’ont «adopté», même s’ils n’avaient aucune idée qu’il existait un pays nommé Canada!

4 commentaires:

  1. J'ai vécu la même chose au Vietnam et au Laos. C'est dur de vivre 15 jours sans le blogue de l'AMéCO!

    RépondreSupprimer
  2. Le blogue est aussi bloqué dans les autocars d'Orléans Express, ici même.

    RépondreSupprimer
  3. Faux: je lis actuellement le blogue de l'AMéCO dans un car d'Orléans Express.

    Jean Grou

    RépondreSupprimer

Merci pour vos commentaires. Ils seront publiés après modération.